SESSION DE DISCUSSION ENTRE YOUNG LEADERS A BEIJING

La session 2014 a rassemblé 37 “Young Leaders” français et chinois durant 4 jours à Hangzhou et puis à Beijing, du 24 octobre au 27 octobre.

Cette 2e session du programme “Young Leaders” avait pour thème principal “Le rôle des villes dans les relations internationales”.

 Aperçu du programme « Young Leaders » 2014 :

• Sessions de discussion entre Young Leaders

• Entretien avec M. LI Yuanchao, Vice-Président de la République populaire de Chine

• Visite du groupe ALIBABA et session de discussion avec M. Brian WONG, Vice-Président

• Visite de la China Academy of Art avec l’architecte WANG Shu, lauréat du Pritzker Prize 2012

• Déjeuner avec M. Jean-Pierre RAFFARIN, ancien Premier ministre, et M. LI Zhaoxing, ancien Ministre des Affaires étrangères

• Session de discussion avec M. Hubert VEDRINE, ancien Ministre des Affaires étrangères, sur “Le rôle des villes dans les relations internationales”

• Rencontre avec M. Maurice GOURDAULT-MONTAGNE, Ambassadeur de France en Chine

• Visite de l’atelier de M. HUANG Rui, figure emblématique de l’art contemporain en Chine

Revue de presse

logo les echos

Cette nuit en Asie : à Pékin, Hubert Védrine interroge la relation France-Chine

L’ex-ministre des Affaires étrangères a insisté sur la nécessité, pour la France, d’apporter une «vraie valeur ajoutée» dans le discours politique ou économique afin que «les Chinois ne soient pas condamnés à ne parler qu’avec l’Allemagne».

 

A l’occasion d’une visite en Chine, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, a tenu, lundi après-midi, une conférence dans la capitale chinoise, devant une audience franco-chinoise réunie par la «France China Fondation», dans le cadre d’un programme baptisé «Young Leaders». S’employant à dresser la carte d’un monde «qui grouille d’intervenants» au point d’être menacé d’une forme de «chaos stratégique», il a jugé que les relations internationales étaient marquées par la tendance au déclin d’une vingtaine de puissances anciennes, face auxquelles les pays émergents bouleversent la donne sans pour autant représenter un bloc suffisamment homogène pour définir une trajectoire mondiale cohérente. En particulier, il a fait part de ses doutes au sujet du rapprochement à l’œuvre entre Moscou et Pékin, car il restera «longtemps un fond de méfiance» entre la Russie et la Chine.

Dans ce contexte, il a estimé que la Chine avait «déjà émergé» et poussé la France à voir plus loin dans sa relation bilatérale avec la deuxième puissance économique mondiale. En pleine année de commémoration des 50 ans des relations diplomatiques entre les deux pays, Hubert Védrine met en garde la France contre sa tendance à être «championne du monde des commémorations sans fin» et insiste surtout sur la nécessité d’apporter une «vraie valeur ajoutée» dans le discours politique ou économique afin que «les Chinois ne soient pas condamnés à ne parler qu’avec l’Allemagne» lorsqu’ils cherchent à inter-agir avec l’Europe. Un chantier qui «dépend largement de nous», a-t-il ajouté, car il «suffirait que la France se réforme» pour que le décrochage de l’Hexagone par rapport à son voisin allemand se résorbe partiellement, et que sa stature en sorte renforcée aux yeux de Pékin.

logo les echos

Le « suicide français » et la grandeur de la France 

Le succès du livre d'Eric Zemmour comme la passion ad nauseam pour les commémorations procèdent d'un même mouvement : une pulsion autodestructrice. Heureusement, une nouvelle génération arrive.

 

Voici novembre. Depuis deux mois, la guerre est finie, les ressorts fléchissent, les grandes actions n'ont plus court. » Dans ses « Mémoires de guerre », le général de Gaulle exprime la mélancolie de ce mois qui ouvre sur le Jour des morts et lui rappelle le temps qui passe : novembre est le mois de sa naissance - et de sa disparition. C'était en 1944 : les dirigeants politiques, notamment les parlementaires qui votèrent en masse la dissolution de l'Assemblée et les pleins pouvoirs à Pétain en juin 1940 et continuèrent de percevoir leur traitement pendant toute la collaboration, lui indiqueront bientôt le chemin de Colombey-les-Deux-Eglises.

Soixante-dix ans après, malgré une décennie de redressement (1958-1968), la France s'installe dans une spirale dépressive que rien ne semble pouvoir arrêter. Témoin, le succès phénoménal du « Suicide français » d'Eric Zemmour, qui parachève le travail de sape de toute une génération de déclinistes, aussi doués pour stigmatiser nos erreurs et nos manques, et désigner des boucs émissaires, qu'incapables de proposer un chemin de progrès ou un espoir. « Le Suicide français » marche donc avec bonheur et profits sur les brisées du « Suicide d'une nation » de Renaud Camus, parmi les nombreux modèles du genre récemment publiés.

Autre facette de la même médaille : la passion commémorative et repentante d'une élite politique d'autant plus prompte à couvrir la tête de cendres de ses prédécesseurs, qu'elle croit s'exonérer ainsi de son incapacité à diriger ou inspirer au présent. Plutôt que de réformer un pays comptant 5 millions de demandeurs d'emploi et un millier de résidents partis faire le djihad en Syrie, on préfère commémorer ad nauseam l'esclavage tous les 10 mai. Ou fêter depuis bientôt un siècle l'armistice, c'est-à-dire la grande tentative de suicide de l'Europe, tous les 11 novembre.

Qui va redonner espoir à un pays fait pour le bonheur et la grandeur, pas pour la mélancolie ou l'autodestruction ? La semaine dernière, aux antipodes de ce « Suicide français », les « young leaders » de la France China Foundation étaient reçus à Hangzhou par le vice-président de la République populaire de Chine, Li Yuanchao. 20 jeunes entrepreneurs, scientifiques, dirigeants politiques et économiques chinois côtoyaient leurs 20 homologues français parmi les plus engagés en Chine. A l'instar de Merieme Chadid, astronome franco-marocaine nobélisable, explorant les origines de l'univers depuis ses expéditions en Antarctique, et associant à ses découvertes le monde entier, notamment les chercheurs de l'Académie des sciences de Pékin.

« Le bonheur et la grandeur d'un pays dépendent de la volonté de son peuple, et de la capacité de ses dirigeants à lui donner ce cap, et à s'y tenir », devait leur dire en substance Li Yuanchao, reprenant les deux mots-clefs utilisés par Xi Jinping en clôture du dernier congrès du Parti communiste chinois. Le bonheur et la grandeur, conditions d'une renaissance de la Chine qui, après des décennies d'« humiliation », de folie (Révolution culturelle) et d'hypercroissance, revient à la source de son identité et de sa culture plurimillénaires. Confucius - cité par Li Yuanchao - est remis à l'honneur, comme les entrepreneurs et commerçants, à l'instar de Jack Ma. Le petit prof d'anglais devenu le charismatique et philanthrope fondateur d'Alibaba, 250 milliards de dollars de valeur boursière, est le héros des jeunes générations chinoises.

C'est le contraste du temps présent : de grands pays, à l'instar de la Chine, mais aussi de la Turquie ou de l'Inde démocratiques, retrouvent leur rang, leur confiance en eux-mêmes et dans l'avenir, au fur et à mesure qu'ils se réapproprient leurs identités originelles. Dans le même temps, les vieilles nations européennes, percluses de dettes et de doutes, croient trouver le salut dans le repli sur elles-mêmes et, paradoxalement, le renoncement à leurs valeurs fondatrices. Ainsi de la Grande-Bretagne, pays d'ouverture et de liberté s'il en est, qui se transforme en petite Angleterre relevant ses frontières sous la pression d'une population de plus en plus xénophobe. Ainsi de l'Allemagne, prisonnière d'un juridisme étroit et d'une vision étriquée de l'Europe - celle d'une grosse Suisse vieillissante, davantage soucieuse de préserver les rentes de ses retraités, que d'offrir un projet à sa jeunesse et un avenir à l'Europe.

Ainsi de la France, qui, pour le moment, préfère sacrifier les instruments de sa renaissance sinon de sa survie, au profit du petit confort de ses ayants droit. Aujourd'hui, nous consacrons chaque année 500 euros par habitant pour la défense de notre territoire, de nos citoyens, de nos valeurs et de nos intérêts : le budget de la défense, en réduction accélérée, contrairement aux engagements pris au sommet de l'Etat. Et 15 fois plus (7.500 euros par habitant) pour la Sécurité sociale des résidents en France, hors-la-loi inclus, avec les déficits et les charges mortifères pour les entreprises, que l'on sait.

Les vieilles nations ne meurent jamais : elles se régénèrent. A condition qu'on leur en donne l'ambition, puis les moyens. Ce sera la tâche d'une nouvelle génération d'intellectuels et de politiques de proposer ce projet, comme un antidote à la politique et aux idées actuelles, si moisies. Celles qui invitent les Français au suicide, au départ ou à la xénophobie. Alors que dans un siècle où resurgissent les nationalismes les plus virulents, la France, matrice de l'identité et du projet européens reste une espérance.

download (1)

 

 

France-Chine : Raffarin, Védrine et les «Young Leaders»

Jean-Pierre Raffarin et Hubert Védrine se sont retrouvés ce lundi, à Pékin, pour prodiguer leurs conseils à une quarantaine de «Young Leaders» de la France-China Foundation. Parmi ces dirigeants de moins de 45 ans, des maires de grandes villes françaises et leurs homologues chinois à la tête de mégapoles, des entrepreneurs à succès, un architecte de renom, une femme commandant de l'armée de terre, une exploratrice… Pendant quatre jours, à Hangzhou, puis à Pékin, le groupe a été reçu au plus haut niveau de l'État chinois et a visité la Chine du XXIe siècle, notamment le siège du groupe Alibaba, de Jack Ma.

téléchargement

 

[视频]李源潮会见中法青年领导者论坛代表

[Watch the video]

20130106123906!Xinhua_Logo

 

 

Chinese vice president meets Chinese, French young leaders

HANGZHOU, Oct. 25 (Xinhua) -- Chinese Vice President Li Yuanchao on Saturday met with representatives attending the second Sino-Franceyoung leaders' forum in the eastern Chinese city of Hangzhou.

Highlighting that this year marks the 50th anniversary of the establishment of diplomatic ties between China and France, Li said China is willing to work with France to implement the outcomes of Chinese President Xi Jinping's visit to France in March, enhance mutual trust and understanding, strengthen cooperation so as to usher in a new era of China-France comprehensive strategic partnership.

Emmanuel Lenain, head of the French delegation, French consul-general in Shanghai and a co-founder of the France China Foundation, said French young leaders are willing to become ambassadors of people-to-people and cultural exchanges between China and France and help promote the development of bilateral friendship.

The second forum of Sino-France young leaders kicked off in Hangzhou on Thursday. After four-day stay in the scenic city, some 50 young leaders from both countries will visit Beijing on Monday.

The forum is co-hosted by the Chinese People's Institute of Foreign Affairs (CPIFA) and the France China Foundation. The first forum was held in France in late August 2013. French President Francois Hollande met with the young leaders at the Elysee Palace in Paris.

MAEDI_300_200-300x200

L’Ambassadeur a reçu le 27 octobre 2014 les participants français et chinois au programme Jeunes leaders, en compagnie du consul général de France à Shanghai.

Le programme franco-chinois Jeunes leaders vise à tisser et entretenir sur la durée des liens entre jeunes artistes, chercheurs, entrepreneurs ou officiels français et chinois âgés de 25 à 45 ans, qui sont des acteurs prometteurs de la relation franco-chinoises.

Il est piloté par des personnalités françaises et chinoises de premier plan et financé par de grandes entreprises. Chaque année, une trentaine de personnes participent au programme, qui inclut un séjour en France et un séjour en Chine.

Dans le cadre de l’édition 2014, les jeunes français et chinois se sont déjà rendus à Hangzhou où ils ont longuement échangé avec le vice-président Li Yuanchao mais aussi avec l’architecte chinois reconnu Wang Shu, et ont visité le nouveau campus d’Alibaba. Ils sont à partir d’aujourd’hui à Pékin pour la suite de leur programme.

P201401171020003087819478

李源潮会见中法青年领导者论坛代表

新华社杭州10月25日电 (记者冯源)国家副主席李源潮25日在杭州会见了出席第二届中法青年领导者论坛的双方代表。

李源潮说,今年是中法建交50周年,我们愿同法方一道,切实落实习近平主席访法成果,增进了解和互信,提升务实合作水平,共同开创紧密持久的中法全面战略伙伴关系新时代。希望两国青年加强交往,为中法友好关系长远健康发展作出贡献。

法国青年代表表示,对中国未来的发展充满信心,愿当好法中人文交流的使者,促进两国人民友谊向前发展。

images

李源潮会见中法青年领导者论坛代表

10月25日,中国国家副主席李源潮在杭州会见出席第二届中法青年领导者论坛的双方代表。 新华社记者 鞠焕宗 摄

SD_Logo

 
Sino-France forum

THE second Sino-France young leaders forum ended in Hangzhou last week with 50 young leaders from both countries attending.

With this year marking the 50th anniversary of the establishment of diplomatic ties between China and France, Chinese Vice President Li Yuanchao said at the forum that China is willing to work with France to implement the outcomes of Chinese President Xi Jinping’s visit to France in March, enhance mutual trust and understanding, as well as strengthen cooperation so as to usher in a new era of partnership. Emmanuel Lenain, head of the French delegation and French consul-general in Shanghai, said French young leaders are willing to help promote the development of bilateral friendship.

logo

 

 

李源潮会见中法青年领导者论坛代表

国家副主席李源潮25日在杭州会见了出席第二届中法青年领导者论坛的双方代表。

李源潮说,今年是中法建交50周年,我们愿同法方一道,切实落实习近平主席访法成果,增进了解和互信,提升务实合作水平,共同开创紧密持久的中法全面战略伙伴关系新时代。希望两国青年加强交往,为中法友好关系长远健康发展作出贡献。

法国青年代表表示,对中国未来的发展充满信心,愿当好法中人文交流的使者,促进两国人民友谊向前发展。 (记者冯源)

SOHU

李源潮会见中法青年领导者论坛代表

 新华社杭州10月25日电(记者冯源)国家副主席李源潮25日在杭州会见了出席第二届中法青年领导者论坛的双方代表。  李源潮说,今年是中法建交50周年,我们愿同法方一道,切实落实习近平主席访法成果,增进了解和互信,提升务实合作水平,共同开创紧密持久的中法全面战略伙伴关系新时代。希望两国青年加强交往,为中法友好关系长远健康发展作出贡献。  法国青年代表表示,对中国未来的发展充满信心,愿当好法中人文交流的使者,促进两国人民友谊向前发展。
(责任编辑:un657)原标题:李源潮会见中法青年领导者论坛代表

MAEDI_300_200-300x200

Le Programme « Young Leaders » 2014 de la France China Foundation à Hangzhou et Pékin – du 24 au 27 octobre 2014.

La France China Foundation a réuni du 24 au 27 octobre, à Hangzhou puis à Pékin, une quarantaine de « Young Leaders » français et chinois. Parmi les participants, des maires de grandes villes françaises et chinoises, des entrepreneurs à succès, un architecte de renom, une exploratrice et une femme commandant de l’armée de l’air.

L’objectif de ce programme est de permettre à des Français et à des Chinois talentueux, issus d’une même génération - 25 à 45 ans - et venus de tous horizons, de se rencontrer pour confronter leurs visions et, à terme, mener des projets en commun.

A Hangzhou, les « Young Leaders » ont eu une longue discussion avec le Vice-Président de la République populaire de Chine, M. LI Yuanchao. La stratégie d’ALIBABA leur a été présentée au siège du groupe. Ils ont enfin discuté d’urbanisation avec l’architecte WANG Shu, lauréat du Prix Pritzker, avant de visiter ses réalisations en sa compagnie. A Pékin, ils se sont entretenus avec M. Jean-Pierre RAFFARIN, ancien Premier ministre et M. Maurice GOURDAULT-MONTAGNE, Ambassadeur de France en Chine, avant de débattre avec M. Hubert VEDRINE, ancien Ministre des Affaires étrangères, du rôle des villes dans les relations internationales et des grands sujets internationaux.